La récession économique qui frappe le Congo est-il dû aux causes extérieures?

Rappelons que le Congo a connu au bout de 6 ans deux périodes de récession et une période de croissance.

Le cycle économique du congo depuis 2014 est un cycle sinusoïdale qui contient deux alternances : une alternance négative ( récession) et une alternance positive( croissance).

En effet, le Congo a connu une période de récession de 2014 à 2016, une période de croissance de 2017 à 2018, et à nouveau une période de récession de 2019 à 2020. On peut donc espérer que 2021 serait une année de croissance économique.

Dire que la récession économique au Congo est due par les causes extérieures, c’est ne pas assumer les choix budgétaires pris durant ces périodes de récession et de croissance par le Gouvernement congolais.

En effet, la baisse du prix de pétrole ne peut justifier à elle seule les deux périodes de récession économique au Congo ( 2014-2016, et 2019-2020).

Une autre cause explique ces deux périodes de récession, une cause intérieure ou endogène : le choix des politiques budgétaires du Gouvernement.

La bonne gestion des finances publiques enseigne qu’en période de récession , un État DOIT adopter une politique budgétaire qui permet de relancer l’économie.

Cette politique budgétaire est alors dite contracyclique, et elle consiste à assouplir la politique budgétaire pour stimuler la demande globale et ramener l’économie au plein emploi.

Et, quand la croissance est de retour, attendre qu’elle soit durable pour resserrer la politique budgétaire afin de ramener l’ endettement sur une trajectoire plus soutenable.

Pendant la première récession de 2014 à 2016, l’Etat congolais a t-il assoupli sa politique budgétaire ?

La réponse est NON. Le gouvernement est resté en attente de l’accord avec le FMI comme si les alouettes allaient tombées toutes rôties.

Pendant la période de croissance de 2017 et 2018, une période de reprise économique, l’Etat congolais a t il resserré sa politique budgétaire pour reéquilibrer les finances publiques ?

La réponse est NON. En effet, dès 2019 et fin 2020, le Congo est tombé à nouveau en récession aggravée cette fois ci par la crise sanitaire mondiale.

Et, en 2021, l’Etat congolais a t il assoupli sa politique budgétaire ?

La réponse est NON. La loi de finances 2021 prévoit encore et encore un gap de financement à financer par l’endettement extérieur.

PROPOSITIONS :

Si la démarche intellectuelle est faite de critiques, elle débouche aussi à des propositions.

Afin de rompre ce cycle sinusoïdale le futur Président élu, son nouveau Gouvernement, et sa majorité parlementaire doivent inscrire la réforme suivante comme priorité des priorités :

– Une réforme pluriannuelle sur la baisse des dépenses publiques, et sur l’allègement de la fiscalité, sur l’égalité de tous devant l’impôt.

Cette réforme permettra d’alimenter la confiance des ménages, des entreprises pour investir dans l’économie formelle, et donc promouvoir le secteur privé en faisant de la diversification économique l’alpha et l’oméga d’une politique budgétaire efficace et efficiente.

@07/03/2021 Par Verlin Richard