Les grandes lignes du programme 5 sur 5 du candidat Albert ONIANGUE

 » Le Congo, terre des possibles »

Du Candidat à l’élection présidentielle, Monsieur Albert ONIANGUE.

1- Je restaurerai la responsabilité de l’État

par une réforme en profondeur dont l’objectif sera de reconstruire »

2- « Je libérerai le potentiel des congolais par

des actions qui vont améliorer les conditions

de vie des Congolais.

Les grandes lignes des candidats à la présidentielle font partie du rituel politique.

Le « je »… Je restaurerai.. Je libérerai, ces phrases peuvent être entendues comme un acte performatif et le début d’un rituel républicain.

Restaurer la responsabilité de l’Etat constituerait une performance. Il s’agit ici d’une performativité qui permet l’accom­plissement d’un acte dans un contexte précis. Ainsi « performer », c’est montrer le « faire ». « Performer », c’est montrer le jeu de , c’est « faire » le rituel, celui de la parole politique dans un contexte aussi précis d’une élection présidentielle.

Cet article souhaite simplement se concentrer sur la ritualisation du « je » déclarant, sur l’acteur de ces grandes lignes.

En effet, les congolais connaissent à présent les 7 postulants à l’élection suprême, toutes les grandes lignes des candidats sont donc attendues et celles ci représentent au même titre que les 25 millions de caution , une condition formelle d’éligibilité.

Chacune des grandes lignes des candidats invite donc d’analyser le rituel sous l’angle de la per­formativité et d’observer les dispositifs médiatiques, les rituels politiques, les codes qui confèrent à une figure publique une légitimité et un pouvoir grâce à sa parole.

Je restaurerai la responsabilité de l’Etat. À peine prononcée, cette phrase est une véritable déclaration politique et, elle doit s’entendre au regard du contexte qui entoure l’élection présidentielle du 21 mars 2021. Elle renvoie aussi à s’interroger dans quelle mesure cette phrase « je restaurerai… » peut-elle être enten­due comme le début d’un récit démocratique ?

Le candidat Albert ONIANGUE a donc un récit démocratique à raconter au congolais. Ses grandes lignes doivent donc s’entendre dans son sens politique, son existence et sa portée sociale, et plus particulièrement la valeur performative de sa première grande ligne.

À supposer que ces grandes lignes produisent un effet sur les électeurs du point de vue de sa réception, et quand bien même celles-ci n’en produiront aucun, ces grandes lignes marquent un ancrage dans un rituel politique et médiatique.

Ces grandes lignes sont une monstration qui produit du sens pour les électeurs. Le candidat Albert ONIANGUE donne à travers ses grandes lignes, du sens pour la communauté nationale.

Et, le bon sens est la chose la mieux partagée au monde.

#Peuple congolais n’oubliez pas de voter !

@22/02/2021 Par Verlin Richard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *