NON, L’ÉTAT CONGOLAIS N’A AUCUNE CONDITION A POSÉ ENVERS LES ENTREPRISES….

Par Verlin Richard BEKA BEKA

CE QU’IL FAUT SAVOIR :

Ce qu’il faut savoir sur cette dette intérieure ?

C’est bien que le ministre délégué au Budget Ludovic Ngatsé ait fait cette conférence de presse, le 21 octobre 2020, au cours de laquelle il a présenté les mécanismes de paiement de la dette intérieure. Un ministre qui communique, qui explique… Nde to zo linga.

Une fois que j’ai dit ça, maintenant, lisons et interpretons tout ça :

Dans cette affaire il y a d’abord :

Ces 4 créanciers du club de Brazzaville : BGFI Bank, BSCA, La Congolaise de banque- LCB- et Ecoban, qui vont « lever 300 mds de francs Cfa.

Qu’est ce donc, ce terme » levée les fonds « ?

Pour le dire en des termes simples, ces 4″ créanciers  » viennent d’acheter la dette intérieure du Congo. C’est comme une entreprise qui fait une levée de fonds et fait entrer de nouveaux investisseurs( nouveaux actionnaires) dans le capital de l’entreprise.

En lingala, on dira: ba sombi niongo ya l’Etat.

Quel avantage pour le Congo ?

D’abord, sur le plan comptable, cette dette intérieure sort du bilan de l’Etat. Cela fait baisser le ratio dette /PIB. N’oublions pas que le Congo « fait » tout pour rendre sa dette soutenable… Sacré FMI!

Quel avantage pour ces 4 mousquetaires, ces nouveaux créanciers ? Ces 4 banques ?

Ils ont maintenant une créance envers l’Etat congolais indexée à un taux d’intérêt, donc ils feront un bénéfice là dessus …Je vous le dis souvent, un banquier travaille pour gagner et encore gagner de l’argent… C’est son boulot !

Quel avantage pour les bénéficiaires de ce paiement ?

Bon, soyons clair sur le terme bénéficiaire. Ici,

« le Bénéficiaire » est la personne qui, en vertu de la Loi, d’un règlement, d’un contrat ou même, de fait, dispose d’une situation particulière et avantageuse dont il tire un intérêt. Autrement dit, une personne qui a un Droit sur… Une créance est un droit, celui qui a une créance, a donc le droit d’en exiger le paiement.

Donc, il ne faudrait pas que pour des raisons autre que du Droit, qu’on transforme cette opération en une campagne politicienne du genre « grâce à la volonté de…. La dette intérieure est payée.

Il y a simplement des entreprises congolaises qui vont recouvrer leurs Droits à savoir leurs Créances détenues par l’Etat. Ces droits sont constitués des » fameux  » Certificat spécial de créance » sur la dette ( 2014-2016 et 2016-2018).

Aussi qu’est ce que l’on veut faire entendre dire par l’expression L’Etat, initiateur de cette opération ?

Que l’Etat ait initié cette opération, que demande le peuple ? C’est son boulot d’initier les opérations, et celle-ci a bien tardé… Mais vaut mieux tard que jamais, n’est ce pas ?

Là aussi, mettre en avant l’Etat initiateur dans une opération financière qui ne dépend pas vraiment de lui, mais plutôt de la levée de fonds de ces 4 mousquetaires de banques… C’est entre nous fort le café ! Et, quand ce n’est pas clair, quand c’est flou, il y a un loup. Y aurai il un loup méchant à qui l’on voudrait jeter les fleurs d’avoir sauvé enfin les entreprises congolaises ? Je pose seulement la question.

Et, quand j’ai lu ceci, alors là…?

« L’ Etat a posé deux conditions essentielles aux opérateurs économiques, à savoir : réinvestir au Congo pour relancer l’économie ; et ne pas transférer cet argent à l’extérieur, pour ne pas dégrader la position extérieure du pays ».

Mais de quoi, il se mêle cet Etat ?

Où est donc la liberté d’entreprendre dans ce pays ? Tout d’abord l’Etat n’a aucune CONDITION a posé:

1- Ce n’est pas une subvention publique ou un Don ou une aide financière de l’Etat ?

2- C’est une dette qu’il rembourse. Quand l’Etat rembourse sa dette extérieure, pose t il des conditions à ses créanciers extérieurs ?

Ensuite, les entreprises qui vont recouvrer leur créance, elles ont des charges à payer, des traites et crédits à rembourser sans doute, et pensez que c’est avec ça, qu’elles vont investir pour relancer l’économie ?

Je me réjouis pour les entreprises congolaises, je salue la communication du Ministre, au moins, lui, il communique, il parle, il explique… Et, depuis qu’il est ministre, il faut reconnaître qu’il fait le  » taf »… Pour preuve :

1- Le 05/10/2020, en conseil des ministres, il fait approuver deux projets de budgets : projet loi de règlement 2019 et projet loi de finances 2021. De mémoire, depuis 2017 que la loi organique relative aux lois de finances existe au Congo, c’est une première !

2- le paiement de la dette intérieure.

Deux actions à son actif, je dis bravo.

@24/10/2020 Par Verlin Richard