L’Afrique post-Covid-19 sera celle de la recherche scientifique et non celle du pétrole.

Avez-vous déjà entendu parler du Mathématicien Français, Benoit Mandelbrot et sa théorie mathématiques sur les #Fractales ? Avez-vous observé les #Tresses Africaines pour voir comment toute la structure n’est que la répétition a grande échelle d’un motif précis ?

Avez-vous déjà entendu parler de Neil Turok et son ambitieux projet, « The Next Einstein » (Le futur Einstein), qui, selon lui viendrait de l’Afrique ?
Avez-vous déjà entendu parler du « Square Kilomètre Array », ou SKA, le plus grand radiotélescope jamais construit, basé en Afrique du Sud ?
Enfin, avez-vous observe comment le Covid-19 s’est propagé dans le monde, partant de la chine, jusqu’en Afrique, suivant un schéma de contagion bien structuré sous forme #Fractale ?
Les Fractales ? Ces structures identiques, cette répétition à différentes échelles d’un même modèle.
En vérité, L’Afrique post-Covid-19, sera l’Afrique qui attirera des grands investissements dans le domaine de la recherche scientifique. Les #logarithmes de demain en santé publique, en épidémiologie, en gestion des catastrophes Naturelles seront écrites en observant les formes de la nature en Afrique, et les cultures Africaines. L’Afrique étant le dépositoire de l’héritage génétique de l’humanité, Les sciences de l’après Covid-19 feront de ce continent un terrain de prédilection pour la recherche scientifique.

Ainsi, l’école Africaine post coloniale qui visait avant tout la formation des « commis de l’Etat » possédant la bonne calligraphie et la grande mémoire pour emmagasiner des données préétablies venant d’ailleurs doit disparaitre pour céder sa place à une école moderne reposant sur les sciences et la recherche scientifique. Alors, De la biologie moléculaire a l’observation de l’univers, les investissements d’après Covid-19 s’intéresseront a L’Afrique. Cette Afrique Démocratique qui embrasse la #pensée_critique et la stabilité institutionnelle. Cette Afrique-là, est en majorité #Anglophone. L’Afrique francophone, elle, doit d’abord se séparer du pétrole et des Présidents fossiles que ce système engendre.
Selon toute probabilité, le futur Einstein viendra bien de l’Afrique. Et cet Einstein, c’est peut-être vous ou votre petit garçon, votre petite fille qui vous pose des milliers de questions par jour. Accordez donc à ces Minis-Einstein votre attention. Attendre le retour de Jésus de « Nazareth », c’est beau. Mais vivre dans l’attente d’un Einstein Africain, c’est nettement mieux. C’est ce que je pense.
Bon début de semaine, Leaders !

OUMOUBA K. HIBAKA