Opération restitution des Biens culturels africains: plainte contre le Musée du Quai Branly à Paris

Par Anthony MOUYOUNGUI

Le bras de fer entre le Musée du Quai brandy et le leader panafricain Mwazulu Diyabanza a pris une tournure judiciaire. Alors que l’activiste congolais devrait comparaître au mois de septembre, il a à son tour avec un collectif d’organisations africaines, porté plainte contre le Musée pour vol, pillage, spoliation et ruses.Restitution des biens culturels.

Depuis plusieurs années, des intellectuels africains avaient posé aux autorités françaises, le problème de la restitution des biens culturels africains acquis durant la colonisation par des procédés peu orthodoxes. La France pour sa part a accepté de mettre sur la table cette question en commandant un rapport à l’écrivain Felwinne Sarr et à l’anthropologue Bénédicte Savoy en 2018. « Restituer le Patrimoine africain : vers une nouvelle éthique relationnelle » rapport remis au Président de la République, Emmanuel Macron, le 23 novembre 2018. Depuis la remise officielle de ce rapport pas de progrès constatés sur le terrain. Du côté français aucun transfert n’a été assuré alors que le premier devait avoir lieu à la fin de l’année 2018. Quant aux pays africains, aucun empressement pour exiger la restitution de ces biens culturels en l’absence d’institutions dignes de les accueillir pour leur conservation.

“On ne demande pas à un voleur la permission de reprendre son bien”

Devant la lenteur de l’exécution du plan de restitution (2018-2022) figurant dans ce rapport, les activistes africains se sont saisis du problème pour obliger les chancelleries africaines à mettre la pression sur la France afin d’accélérer cette restitution. Le 12 juin dernier, Mwazulu Diyabanza et son équipe avaient organisé une opération coup de poings au Musée du Quai Branly. Ils avaient réussi à enlever de son socle une statue funéraire portée en triomphe par Mwazulu. Se dirigeant vers la sortie, puis stoppé de justesse par les agents de sécurité du Musée, Mwazulu, statue à la main, est devenu le symbole du combat des activistes pour la restitution des biens culturels africains.

Plainte au commissariat du 7e Arr. à Paris

Alors que le Musée du Quai Branly a décidé de poursuivre l’activiste congolais pour destruction, l’activiste de son côté a convenu ce 30 juin avec d’autres organisations africaines de poursuivre l’institution culturelle pour “Vol, pillage, spoliation et ruses”. Cette plainte a été déposée le 30 juin, (jour de l’indépendance de la RDC) au commissariat du 7e arrondissement de Paris. Dans un premier temps les policiers avaient refusé de prendre la plainte selon le live réalisé sur les lieux avant de se raviser devant la détermination des activistes Enghoutchi et Rismo qui accompagnaient Mwazulu Diyabanza. “Nous reprochons à ce musée les faits suivants :
– ces œuvres reposent sur un acte moralement répréhensibles ( Vol, Pillage,Spolliation, et ruses)
– L’approbation et la jouissance de ces œuvres par la France.
– Les décisions prises par ce musée dans l’acquisition de ces œuvres perdurent.

En nos qualités de descendants des familles royales Africaines, héritiers dynastiques des différentes œuvres, du peuple Africain, de la diaspora africaine, des ressortissants et constituants des États Africains, des responsables des associations culturelles, militantes, politiques, humanitaires , panafricaines et syndicales africaines et de la diaspora avons délégués le porte-parole international et team leader de l’organisation panafricaine Unité Dignité Courage (Yankanku) Mwazulu Diyabanza Siwa Lemba d’apposer sa signature en notre nom des dignes et héritiers légitimes de ce patrimoine pour récupérer en voie de droit où tout autre notre patrimoine et à travers cette plainte de faire valoir nos droits devant les juridictions françaises” a publié Mwazulu diYabanza sur son profil Facebook.

Anthony MOUYOUNGUI