RD CONGO. Arrestation de Tsala Muana à Kinshasa: Félix Tshisekedi s’initie à l’école de la dictature

Par Alphonse NDONGO.

La dernière chanson de celle que l’on appelle à Kinshasa « la reine du Mutuashi », reconvertie en chantre de Kabila père et fils, dérange beaucoup Felix Tshisekedi.
Il faut dire que Tshala Muana n’y est pas allée du dos de la cuillère ni de main morte pour taxer le président de la RDC d’ « ingrat » depuis que ce dernier a engagé des consultations pour tenter de délier le nœud de l’accord qui le lit au Fcc de Joseph Kabila. Felix Tshisekedi et ses hommes de l’Anr( Agence nationale de renseignements) ont décidé d’utiliser les méthodes des pays dictatoriaux: interpellation manu militari pour tenter de faire taire une artiste. « Aucune plainte auprès des tribunaux compétents n’a été déposée par le ou les plaignant(s) pour que Tshala soit entendue et, si possible, poursuivie« , renseigne un proche de Tshala.

Dans cette manière cavalière de faire, c’est surtout Joseph Kabila qui doit certainement boire du petit-lait chaud dans son bunker de Kingakati. Lui, Joseph, qui a été tant vilipendé par des chantres proches de l’Udps pendant la période de braise. Des chants qui puaient abondamment la haine et l’exclusion, et auxquelles il a préféré y répondre par le silence. Mieux, l’ancien président de la RDC, s’est résolu de ne pas traîner ces chantres extremistes devant les tribunaux ou de les livrer aux griffes des léopards de la très célèbre ANR.

En Côte d’ivoire, même Ouattara n’a pas mis Frédéric Ehui, alias Meiway, sous clef à Abidjan, à la suite de la tonitruante sortie à charge du « roi du Zoblazo » contre le 3 ème mandat du président ivoirien. Felix Tshisekedi contrôle t-il la situation à Kinshasa ou se laisse t-il déborder et dominer par ses hommes liges, comme on l’a senti lors du procès de Vital KAMERHÉ ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *